Inside Ouishare
November 9, 2018

Ouishare Foundation : soutenir l'innovation sociale à l'échelle locale

A contrario, Station F, le grand campus de startups lancé par Xavier Niel, a accueilli depuis 2017 plus de 1000 startups et les 100 entrepreneurs qui composent le selection board ont levé près 5 milliards de dollars.

Une des explications à un tel écart est que les projets d’innovation sociale sont très dépendants des “sols” sur lesquels ils grandissent. Avant d’être des entreprises, ce sont des acteurs territoriaux qui répondent aux enjeux culturels, sociaux et économiques de leur environnement. Ce qui rend le passage à l’échelle plus subtil. Comment alors favoriser le développement de ces initiatives locales et atypiques ? C’est à cet enjeu que la Ouishare Foundation souhaite apporter des réponses. D'une part, chaque campagne est prétexte aux rencontres entre les porteurs d’initiatives afin qu’ils puissent échanger autour de leurs problématiques communes. D'autre part, le fonds de dotation assure une fonction d'intermédiaire entre des projets dispersés et des grands mécènes ambitionnant un impact local fort et mesurable.

Le chaînon manquant entre les structures financières et les projets émergents

A mi-chemin entre innovation sociale, territoriale et culturelle, les projets que nous dénichons sont loin des radars des structures en mesure de les soutenir. Aussi, avec la Ouishare Foundation, nous souhaitons relier ces deux mondes qui manquent d’espaces pour se rencontrer et dialoguer. Nous nous faisons les garants du cadre qui doit permettre aux jeunes initiatives d’avancer en confiance et aux financeurs d'être proche des projets qu'ils accompagnent.

Le fonds de dotation : un levier pour structurer des écosystèmes

Nous avons choisi de créer des campagnes thématiques : c’est un prétexte pour créer des synergies avec d’autres entrepreneurs et mécènes mobilisés sur des problématiques similaires, c'est un temps fort pour favoriser les apprentissages mutuels et permettre le développement d’écosystèmes locaux connectés.

Pour les mécènes, ces campagnes favorisent la coopération, à travers un engagement sur des sujets communs. C’est la logique du “collective impact” développée en 2011 par le site web Stanford Social Innovation Review qui vise à développer un agenda commun et à coordonner les efforts pour trouver des solutions durables aux problèmes sociaux de grandes échelles. Au delà de l’aspect purement financier, ces campagnes sont donc un moyen d’intégrer un écosystème composé de nombreux porteurs de projets et de pairs travaillant à faire émerger des solutions communes.

La première campagne - Refuges, s’attache à favoriser l’émergence de trois refuges, en les finançant et en les connectant. Nous les avons choisi pour leur exemplarité, leur potentiel d’inspiration et leur coordination en réseau :

  • R.E.R : Ce lieu de restauration et d’échanges en gare de Sarcelles, lauréat du Challenge Gare partagée 2015, permet à des femmes de se réinsérer par la cuisine et de se relier aux autres.
  • Social Bar : Ce “laboratoire de convivialité” géré par 175 co-patrons vise à réduire la distance sociale entre individus dans un bar animé et thématique. Nous souhaitons créer un Social Bar Mobile pour démultiplier son impact hors les murs.
  • Happy Lab : Ce réseau de résidences fournit un cadre de bien-être et de ressources pour les entrepreneurs du changement. Nous souhaitons pérenniser le projet pilote de Berne porté par le collectif Amanitas avant d’étendre le réseau dans le monde.


Les cuisines de R.E.R.

En choisissant de devenir mécènes de cette campagne ou de certains de ces projets, vous intégrez donc l’ensemble des réflexions conduites sur le développement de ces lieux hybrides qui, métamorphosent notre rapport au travail, influencent les dynamiques économiques des territoires, favorisent la création de communs et accélèrent la transition écologique.

La mise en réseau plutôt que le passage à l’échelle

Avec les fonds récoltés, nous nous engageons entre autres à accompagner les projets dans un travail de documentation de leur activité afin de permettre à d’autres de s’en inspirer et d’aller plus vite dans la mise en oeuvre. Pour valider la pertinence de ce mode d’action, nous nous appuyons sur notre propre expérience : nous avons documenté le Ouishare Fest, notre événement porte-drapeau, ( le Ouishare Fest Toolkit ) et cela a permis aux communautés de Barcelone, de Rio et plus récemment du Caire, de réaliser des événements s’en inspirant très fortement mais néanmoins adaptés à leur public, à leur territoire.

Nous invitons donc nos partenaires financiers à soutenir des projets novateurs qui ont le potentiel de créer de nombreuses émanations. Nous écrivons ensemble la recette, afin que d’autres puissent s’en emparer et la reproduire en adaptant les dosages.

Pour davantage d’informations sur la première campagne “Refuges” et les moyens de s’impliquer, rendez-vous sur notre site internet Ouishare Foundation ou contactez-nous à clothilde@ouishare.net

Ouishare Foundation : soutenir l'innovation sociale à l'échelle locale

by 
Clothilde Sauvages
Inside Ouishare
December 7, 2018
Share on

Alors que des thématiques telles que “le réchauffement climatique”, “les déserts urbains”, “la fracture numérique” prennent de plus en plus de place dans le débat public, comment se fait-il que l’innovation sociale ne se développe-t-elle pas aussi vite que les startups dont elle s’inspire parfois ?

A contrario, Station F, le grand campus de startups lancé par Xavier Niel, a accueilli depuis 2017 plus de 1000 startups et les 100 entrepreneurs qui composent le selection board ont levé près 5 milliards de dollars.

Une des explications à un tel écart est que les projets d’innovation sociale sont très dépendants des “sols” sur lesquels ils grandissent. Avant d’être des entreprises, ce sont des acteurs territoriaux qui répondent aux enjeux culturels, sociaux et économiques de leur environnement. Ce qui rend le passage à l’échelle plus subtil. Comment alors favoriser le développement de ces initiatives locales et atypiques ? C’est à cet enjeu que la Ouishare Foundation souhaite apporter des réponses. D'une part, chaque campagne est prétexte aux rencontres entre les porteurs d’initiatives afin qu’ils puissent échanger autour de leurs problématiques communes. D'autre part, le fonds de dotation assure une fonction d'intermédiaire entre des projets dispersés et des grands mécènes ambitionnant un impact local fort et mesurable.

Le chaînon manquant entre les structures financières et les projets émergents

A mi-chemin entre innovation sociale, territoriale et culturelle, les projets que nous dénichons sont loin des radars des structures en mesure de les soutenir. Aussi, avec la Ouishare Foundation, nous souhaitons relier ces deux mondes qui manquent d’espaces pour se rencontrer et dialoguer. Nous nous faisons les garants du cadre qui doit permettre aux jeunes initiatives d’avancer en confiance et aux financeurs d'être proche des projets qu'ils accompagnent.

Le fonds de dotation : un levier pour structurer des écosystèmes

Nous avons choisi de créer des campagnes thématiques : c’est un prétexte pour créer des synergies avec d’autres entrepreneurs et mécènes mobilisés sur des problématiques similaires, c'est un temps fort pour favoriser les apprentissages mutuels et permettre le développement d’écosystèmes locaux connectés.

Pour les mécènes, ces campagnes favorisent la coopération, à travers un engagement sur des sujets communs. C’est la logique du “collective impact” développée en 2011 par le site web Stanford Social Innovation Review qui vise à développer un agenda commun et à coordonner les efforts pour trouver des solutions durables aux problèmes sociaux de grandes échelles. Au delà de l’aspect purement financier, ces campagnes sont donc un moyen d’intégrer un écosystème composé de nombreux porteurs de projets et de pairs travaillant à faire émerger des solutions communes.

La première campagne - Refuges, s’attache à favoriser l’émergence de trois refuges, en les finançant et en les connectant. Nous les avons choisi pour leur exemplarité, leur potentiel d’inspiration et leur coordination en réseau :

  • R.E.R : Ce lieu de restauration et d’échanges en gare de Sarcelles, lauréat du Challenge Gare partagée 2015, permet à des femmes de se réinsérer par la cuisine et de se relier aux autres.
  • Social Bar : Ce “laboratoire de convivialité” géré par 175 co-patrons vise à réduire la distance sociale entre individus dans un bar animé et thématique. Nous souhaitons créer un Social Bar Mobile pour démultiplier son impact hors les murs.
  • Happy Lab : Ce réseau de résidences fournit un cadre de bien-être et de ressources pour les entrepreneurs du changement. Nous souhaitons pérenniser le projet pilote de Berne porté par le collectif Amanitas avant d’étendre le réseau dans le monde.


Les cuisines de R.E.R.

En choisissant de devenir mécènes de cette campagne ou de certains de ces projets, vous intégrez donc l’ensemble des réflexions conduites sur le développement de ces lieux hybrides qui, métamorphosent notre rapport au travail, influencent les dynamiques économiques des territoires, favorisent la création de communs et accélèrent la transition écologique.

La mise en réseau plutôt que le passage à l’échelle

Avec les fonds récoltés, nous nous engageons entre autres à accompagner les projets dans un travail de documentation de leur activité afin de permettre à d’autres de s’en inspirer et d’aller plus vite dans la mise en oeuvre. Pour valider la pertinence de ce mode d’action, nous nous appuyons sur notre propre expérience : nous avons documenté le Ouishare Fest, notre événement porte-drapeau, ( le Ouishare Fest Toolkit ) et cela a permis aux communautés de Barcelone, de Rio et plus récemment du Caire, de réaliser des événements s’en inspirant très fortement mais néanmoins adaptés à leur public, à leur territoire.

Nous invitons donc nos partenaires financiers à soutenir des projets novateurs qui ont le potentiel de créer de nombreuses émanations. Nous écrivons ensemble la recette, afin que d’autres puissent s’en emparer et la reproduire en adaptant les dosages.

Pour davantage d’informations sur la première campagne “Refuges” et les moyens de s’impliquer, rendez-vous sur notre site internet Ouishare Foundation ou contactez-nous à clothilde@ouishare.net

by 
Clothilde Sauvages
Inside Ouishare
December 7, 2018

Ouishare Foundation : soutenir l'innovation sociale à l'échelle locale

by Fernanda Marin
Clothilde Sauvages
Inside Ouishare
Share on

Alors que des thématiques telles que “le réchauffement climatique”, “les déserts urbains”, “la fracture numérique” prennent de plus en plus de place dans le débat public, comment se fait-il que l’innovation sociale ne se développe-t-elle pas aussi vite que les startups dont elle s’inspire parfois ?

A contrario, Station F, le grand campus de startups lancé par Xavier Niel, a accueilli depuis 2017 plus de 1000 startups et les 100 entrepreneurs qui composent le selection board ont levé près 5 milliards de dollars.

Une des explications à un tel écart est que les projets d’innovation sociale sont très dépendants des “sols” sur lesquels ils grandissent. Avant d’être des entreprises, ce sont des acteurs territoriaux qui répondent aux enjeux culturels, sociaux et économiques de leur environnement. Ce qui rend le passage à l’échelle plus subtil. Comment alors favoriser le développement de ces initiatives locales et atypiques ? C’est à cet enjeu que la Ouishare Foundation souhaite apporter des réponses. D'une part, chaque campagne est prétexte aux rencontres entre les porteurs d’initiatives afin qu’ils puissent échanger autour de leurs problématiques communes. D'autre part, le fonds de dotation assure une fonction d'intermédiaire entre des projets dispersés et des grands mécènes ambitionnant un impact local fort et mesurable.

Le chaînon manquant entre les structures financières et les projets émergents

A mi-chemin entre innovation sociale, territoriale et culturelle, les projets que nous dénichons sont loin des radars des structures en mesure de les soutenir. Aussi, avec la Ouishare Foundation, nous souhaitons relier ces deux mondes qui manquent d’espaces pour se rencontrer et dialoguer. Nous nous faisons les garants du cadre qui doit permettre aux jeunes initiatives d’avancer en confiance et aux financeurs d'être proche des projets qu'ils accompagnent.

Le fonds de dotation : un levier pour structurer des écosystèmes

Nous avons choisi de créer des campagnes thématiques : c’est un prétexte pour créer des synergies avec d’autres entrepreneurs et mécènes mobilisés sur des problématiques similaires, c'est un temps fort pour favoriser les apprentissages mutuels et permettre le développement d’écosystèmes locaux connectés.

Pour les mécènes, ces campagnes favorisent la coopération, à travers un engagement sur des sujets communs. C’est la logique du “collective impact” développée en 2011 par le site web Stanford Social Innovation Review qui vise à développer un agenda commun et à coordonner les efforts pour trouver des solutions durables aux problèmes sociaux de grandes échelles. Au delà de l’aspect purement financier, ces campagnes sont donc un moyen d’intégrer un écosystème composé de nombreux porteurs de projets et de pairs travaillant à faire émerger des solutions communes.

La première campagne - Refuges, s’attache à favoriser l’émergence de trois refuges, en les finançant et en les connectant. Nous les avons choisi pour leur exemplarité, leur potentiel d’inspiration et leur coordination en réseau :

  • R.E.R : Ce lieu de restauration et d’échanges en gare de Sarcelles, lauréat du Challenge Gare partagée 2015, permet à des femmes de se réinsérer par la cuisine et de se relier aux autres.
  • Social Bar : Ce “laboratoire de convivialité” géré par 175 co-patrons vise à réduire la distance sociale entre individus dans un bar animé et thématique. Nous souhaitons créer un Social Bar Mobile pour démultiplier son impact hors les murs.
  • Happy Lab : Ce réseau de résidences fournit un cadre de bien-être et de ressources pour les entrepreneurs du changement. Nous souhaitons pérenniser le projet pilote de Berne porté par le collectif Amanitas avant d’étendre le réseau dans le monde.


Les cuisines de R.E.R.

En choisissant de devenir mécènes de cette campagne ou de certains de ces projets, vous intégrez donc l’ensemble des réflexions conduites sur le développement de ces lieux hybrides qui, métamorphosent notre rapport au travail, influencent les dynamiques économiques des territoires, favorisent la création de communs et accélèrent la transition écologique.

La mise en réseau plutôt que le passage à l’échelle

Avec les fonds récoltés, nous nous engageons entre autres à accompagner les projets dans un travail de documentation de leur activité afin de permettre à d’autres de s’en inspirer et d’aller plus vite dans la mise en oeuvre. Pour valider la pertinence de ce mode d’action, nous nous appuyons sur notre propre expérience : nous avons documenté le Ouishare Fest, notre événement porte-drapeau, ( le Ouishare Fest Toolkit ) et cela a permis aux communautés de Barcelone, de Rio et plus récemment du Caire, de réaliser des événements s’en inspirant très fortement mais néanmoins adaptés à leur public, à leur territoire.

Nous invitons donc nos partenaires financiers à soutenir des projets novateurs qui ont le potentiel de créer de nombreuses émanations. Nous écrivons ensemble la recette, afin que d’autres puissent s’en emparer et la reproduire en adaptant les dosages.

Pour davantage d’informations sur la première campagne “Refuges” et les moyens de s’impliquer, rendez-vous sur notre site internet Ouishare Foundation ou contactez-nous à clothilde@ouishare.net

by 
Clothilde Sauvages
Inside Ouishare
Thank you! Your subscription has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form... You might already have signed up ?