Magazine
March 23, 2022

Les nouveaux imaginaires

René Magritte , Les mémoires d’un saint, 1960

« On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans. » Albert Camus 

Si on ne pense que par image, derrière ces images il y a du sens ! Ce sens est produit par tout un tas d’artefacts : du blockbuster de sciences fiction en passant par le journal de 20h ou encore la ville et l’époque à laquelle on a grandi. Ensemble, ils forment ce que l’on appelle des imaginaires collectifs. 

Dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier.

Ces imaginaires viennent charger l’unique, le singulier, le mettre en résonance en lui donnant une valeur plus large. C’est de cette manière que l’on va pouvoir interpréter un signe, qu’une image va convoquer un sens, et que l’on va à notre tour en produire.  Prendre les imaginaires comme allant de soi, c’est donc renoncer à saisir ce qui dans la culture commune dirige notre pensée, la rend sensible et la charge d’une signification. L’imaginaire en tant que construction collective doit être analysé.

Les imaginaires sont une matière mouvante. Ce qui se donne à penser aujourd’hui par un imaginaire pouvait convoquer un autre sens hier. Les sociétés chargent et déchargent ces imaginaires de certaines symboliques. 

Au moment où nous nous interrogeons sur la capacité à imaginer et rendre désirables des futurs par-delà les limites actuelles de notre monde, identifier et interroger »les nouveaux imaginaires» qui font image dans notre société est essentiel. C’est par ce travail que nous pourrons nous émanciper de nos héritages et libérer la créativité nécessaire pour répondre aux enjeux de notre époque.

Alors décryptons, épluchons, dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier. Identifions les bifurcations qu’ils ont pu connaître, les terrains qu’ils ont désertés et les errements actuels, pour mieux créer ceux de demain. 

Bref, cartographions ces imaginaires pour ouvrir le champ du pensable. 

Imaginons sans entrave !

_____

Cette série d'articles est proposée par :

Anaïs Guillemané Mootoosamy est directrice du planning stratégique et de l'innovation chez W.

Edwin Mootoosamy Guillemané est le fondateur de la société de production audiovisuelle Choses Communes.

Les nouveaux imaginaires

by 
Anaïs et Edwin Guillemané Mootoosamy
Magazine
March 22, 2022
Share on

Une série d’articles pour décrypter nos imaginaires d’aujourd’hui et d’hier.

René Magritte , Les mémoires d’un saint, 1960

« On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans. » Albert Camus 

Si on ne pense que par image, derrière ces images il y a du sens ! Ce sens est produit par tout un tas d’artefacts : du blockbuster de sciences fiction en passant par le journal de 20h ou encore la ville et l’époque à laquelle on a grandi. Ensemble, ils forment ce que l’on appelle des imaginaires collectifs. 

Dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier.

Ces imaginaires viennent charger l’unique, le singulier, le mettre en résonance en lui donnant une valeur plus large. C’est de cette manière que l’on va pouvoir interpréter un signe, qu’une image va convoquer un sens, et que l’on va à notre tour en produire.  Prendre les imaginaires comme allant de soi, c’est donc renoncer à saisir ce qui dans la culture commune dirige notre pensée, la rend sensible et la charge d’une signification. L’imaginaire en tant que construction collective doit être analysé.

Les imaginaires sont une matière mouvante. Ce qui se donne à penser aujourd’hui par un imaginaire pouvait convoquer un autre sens hier. Les sociétés chargent et déchargent ces imaginaires de certaines symboliques. 

Au moment où nous nous interrogeons sur la capacité à imaginer et rendre désirables des futurs par-delà les limites actuelles de notre monde, identifier et interroger »les nouveaux imaginaires» qui font image dans notre société est essentiel. C’est par ce travail que nous pourrons nous émanciper de nos héritages et libérer la créativité nécessaire pour répondre aux enjeux de notre époque.

Alors décryptons, épluchons, dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier. Identifions les bifurcations qu’ils ont pu connaître, les terrains qu’ils ont désertés et les errements actuels, pour mieux créer ceux de demain. 

Bref, cartographions ces imaginaires pour ouvrir le champ du pensable. 

Imaginons sans entrave !

_____

Cette série d'articles est proposée par :

Anaïs Guillemané Mootoosamy est directrice du planning stratégique et de l'innovation chez W.

Edwin Mootoosamy Guillemané est le fondateur de la société de production audiovisuelle Choses Communes.

by 
Anaïs et Edwin Guillemané Mootoosamy
Magazine
March 22, 2022

Les nouveaux imaginaires

by
Anaïs et Edwin Guillemané Mootoosamy
Magazine
Share on

Une série d’articles pour décrypter nos imaginaires d’aujourd’hui et d’hier.

René Magritte , Les mémoires d’un saint, 1960

« On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans. » Albert Camus 

Si on ne pense que par image, derrière ces images il y a du sens ! Ce sens est produit par tout un tas d’artefacts : du blockbuster de sciences fiction en passant par le journal de 20h ou encore la ville et l’époque à laquelle on a grandi. Ensemble, ils forment ce que l’on appelle des imaginaires collectifs. 

Dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier.

Ces imaginaires viennent charger l’unique, le singulier, le mettre en résonance en lui donnant une valeur plus large. C’est de cette manière que l’on va pouvoir interpréter un signe, qu’une image va convoquer un sens, et que l’on va à notre tour en produire.  Prendre les imaginaires comme allant de soi, c’est donc renoncer à saisir ce qui dans la culture commune dirige notre pensée, la rend sensible et la charge d’une signification. L’imaginaire en tant que construction collective doit être analysé.

Les imaginaires sont une matière mouvante. Ce qui se donne à penser aujourd’hui par un imaginaire pouvait convoquer un autre sens hier. Les sociétés chargent et déchargent ces imaginaires de certaines symboliques. 

Au moment où nous nous interrogeons sur la capacité à imaginer et rendre désirables des futurs par-delà les limites actuelles de notre monde, identifier et interroger »les nouveaux imaginaires» qui font image dans notre société est essentiel. C’est par ce travail que nous pourrons nous émanciper de nos héritages et libérer la créativité nécessaire pour répondre aux enjeux de notre époque.

Alors décryptons, épluchons, dé-tricotons en quoi « les nouveaux imaginaires » d’aujourd’hui sont les héritiers de ceux d’hier. Identifions les bifurcations qu’ils ont pu connaître, les terrains qu’ils ont désertés et les errements actuels, pour mieux créer ceux de demain. 

Bref, cartographions ces imaginaires pour ouvrir le champ du pensable. 

Imaginons sans entrave !

_____

Cette série d'articles est proposée par :

Anaïs Guillemané Mootoosamy est directrice du planning stratégique et de l'innovation chez W.

Edwin Mootoosamy Guillemané est le fondateur de la société de production audiovisuelle Choses Communes.

by 
Anaïs et Edwin Guillemané Mootoosamy
Magazine
Thank you! Your subscription has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form... You might already have signed up ?