Magazine
March 8, 2019

Et si on transformait nos lieux de travail en moteurs de la révolution écologique ?

L’écologie sur un lieu de travail ne vient pas du cadre mais de la culture

On peut discuter de l’impact du “meat ban” de Wework, imposé fièrement par Miguel McKelvey et certainement montrer que ça a allégé  l’impact environnemental, ou au moins eu le mérite d’ouvrir le débat , mais pas sûr que parmi les 6000 employés tout le monde ait réagi positivement...

L’approche proposée par des structures comme Makesense, Vizea ou le Lavoir est résolument plus humaine. C’est d’abord une culture du bien-être au travail, avec un lien à la nature, un jardin, de l’aquaponie, la mise en place de séances de shiatsu ou des étirements collectifs en début de journée.

Pour en arriver là, il faut avant tout commencer par créer les conditions d’un vivre ensemble au sein d’un espace qui est commun et partagé.

Cela passe par lancer des dîners entre résidents ou apprivoiser le poisson qui est dans la mare, des choses simples qui créent de l’attachement, un sentiment d’appartenance et contribuent à la culture des organisations.

Une culture propre aux personnes qui vivent dans cet espace, une culture qui infuse les lieux et l’entreprise.

L’exemplarité et le sens priment


Et l’écologie dans tout ça ? Elle vient directement des collaborateurs, face à  un système comme l’aquaponie, on trouve tout de suite beaucoup plus logique l’importance de faire un compost, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme non?

“Quand on en a vu débarquer des coworkers avec du MC do, on a essayé de mettre en avant des alternatives meilleures, rendre plus désirable les plats partagés souvent préparés ensemble” Jeremy de MakeSense

Evidemment je ne suis pas en train de dire “ne faites rien et laissez les collaborateurs tout faire par eux mêmes”, je pense plutôt qu’une bonne question à se poser en tant que responsable d’espace serait “Comment je peux aider les personnes travaillant dans mon espace à créer des comportements plus vertueux pour l’environnement”

La sensibilisation à travers des dispositifs ludiques est un levier intéressant, comme avec la fresque du climat, un jeu collaboratif qui permet de comprendre clairement les tenants et les aboutissants du réchauffement climatique. On peut aussi proposer des dispositifs simples pour réduire les déchets ou l'énergie consommée.

Je vous invite d’ailleurs à consulter ce petit document, beaucoup d’idées ont émergé lors d’ateliers pendant cette soirée

Une relation Territoire & Espace de travail à réinventer

Une question qu’on a voulu poser c’est le lien entre le territoire et lieu de travail. Force est de constater que bons nombres de lieux de travail fonctionnent sans ouverture au quartier, à la ville qui les accueille. Nourrir les liens avec le territoire, en sélectionnant des prestataires de proximité, en favorisant l'emploi local de stagiaires par exemple a un impact économique positif sur le tissu local et de surcroît permet de réduire l'empreinte écologique du lieu (à travers la diminution des transports notamment).

Le Sensepace (locaux de MakeSense) est par exemple un lieu d’accueil permettant à des personnes dans le besoin de venir se réchauffer et prendre un café gratuitement. Les nouveaux locaux de Vizéa à Malakoff accueillent régulièrement des associations locales pour des réunions.

Créer ces liens favorisent les échanges à une échelle humaine et permettent l’émergence de synergies locales et c’est aussi le meilleur moyen pour porter son message et sa vision hors des murs..

Finalement, à chaque lieu son approche. Votre démarche est propre à votre communauté. En conclusion, être exemplaire et inviter ceux qui vous entourent à participer est le meilleur moyen pour commencer à entrer dans une démarche responsable vis à vis de l’environnement et finalement de soi même.

Enfin pour trouver pleins de bonnes idées pour faire de son lieu un moteur de la révolution énergétique, téléchargez ici notre liste de bonnes pratiques !

Et si on transformait nos lieux de travail en moteurs de la révolution écologique ?

by 
Arthur Chammas
Magazine
March 4, 2019
Share on

Le 12 février dernier, dans le cadre de la semaine du climat de Morning Coworking, nous avons organisé une soirée sur le lieu de travail comme moteur de la révolution écologique, à Morning OS, à Bagnolet. Nous avons rassemblé des entreprises curieuses, des pionniers et des acteurs bagnoletais qui agissent sur ces enjeux au quotidien. Et voici ce que l'on en retient.

L’écologie sur un lieu de travail ne vient pas du cadre mais de la culture

On peut discuter de l’impact du “meat ban” de Wework, imposé fièrement par Miguel McKelvey et certainement montrer que ça a allégé  l’impact environnemental, ou au moins eu le mérite d’ouvrir le débat , mais pas sûr que parmi les 6000 employés tout le monde ait réagi positivement...

L’approche proposée par des structures comme Makesense, Vizea ou le Lavoir est résolument plus humaine. C’est d’abord une culture du bien-être au travail, avec un lien à la nature, un jardin, de l’aquaponie, la mise en place de séances de shiatsu ou des étirements collectifs en début de journée.

Pour en arriver là, il faut avant tout commencer par créer les conditions d’un vivre ensemble au sein d’un espace qui est commun et partagé.

Cela passe par lancer des dîners entre résidents ou apprivoiser le poisson qui est dans la mare, des choses simples qui créent de l’attachement, un sentiment d’appartenance et contribuent à la culture des organisations.

Une culture propre aux personnes qui vivent dans cet espace, une culture qui infuse les lieux et l’entreprise.

L’exemplarité et le sens priment


Et l’écologie dans tout ça ? Elle vient directement des collaborateurs, face à  un système comme l’aquaponie, on trouve tout de suite beaucoup plus logique l’importance de faire un compost, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme non?

“Quand on en a vu débarquer des coworkers avec du MC do, on a essayé de mettre en avant des alternatives meilleures, rendre plus désirable les plats partagés souvent préparés ensemble” Jeremy de MakeSense

Evidemment je ne suis pas en train de dire “ne faites rien et laissez les collaborateurs tout faire par eux mêmes”, je pense plutôt qu’une bonne question à se poser en tant que responsable d’espace serait “Comment je peux aider les personnes travaillant dans mon espace à créer des comportements plus vertueux pour l’environnement”

La sensibilisation à travers des dispositifs ludiques est un levier intéressant, comme avec la fresque du climat, un jeu collaboratif qui permet de comprendre clairement les tenants et les aboutissants du réchauffement climatique. On peut aussi proposer des dispositifs simples pour réduire les déchets ou l'énergie consommée.

Je vous invite d’ailleurs à consulter ce petit document, beaucoup d’idées ont émergé lors d’ateliers pendant cette soirée

Une relation Territoire & Espace de travail à réinventer

Une question qu’on a voulu poser c’est le lien entre le territoire et lieu de travail. Force est de constater que bons nombres de lieux de travail fonctionnent sans ouverture au quartier, à la ville qui les accueille. Nourrir les liens avec le territoire, en sélectionnant des prestataires de proximité, en favorisant l'emploi local de stagiaires par exemple a un impact économique positif sur le tissu local et de surcroît permet de réduire l'empreinte écologique du lieu (à travers la diminution des transports notamment).

Le Sensepace (locaux de MakeSense) est par exemple un lieu d’accueil permettant à des personnes dans le besoin de venir se réchauffer et prendre un café gratuitement. Les nouveaux locaux de Vizéa à Malakoff accueillent régulièrement des associations locales pour des réunions.

Créer ces liens favorisent les échanges à une échelle humaine et permettent l’émergence de synergies locales et c’est aussi le meilleur moyen pour porter son message et sa vision hors des murs..

Finalement, à chaque lieu son approche. Votre démarche est propre à votre communauté. En conclusion, être exemplaire et inviter ceux qui vous entourent à participer est le meilleur moyen pour commencer à entrer dans une démarche responsable vis à vis de l’environnement et finalement de soi même.

Enfin pour trouver pleins de bonnes idées pour faire de son lieu un moteur de la révolution énergétique, téléchargez ici notre liste de bonnes pratiques !

by 
Arthur Chammas
Magazine
March 4, 2019

Et si on transformait nos lieux de travail en moteurs de la révolution écologique ?

by
Arthur Chammas
Magazine
Share on

Le 12 février dernier, dans le cadre de la semaine du climat de Morning Coworking, nous avons organisé une soirée sur le lieu de travail comme moteur de la révolution écologique, à Morning OS, à Bagnolet. Nous avons rassemblé des entreprises curieuses, des pionniers et des acteurs bagnoletais qui agissent sur ces enjeux au quotidien. Et voici ce que l'on en retient.

L’écologie sur un lieu de travail ne vient pas du cadre mais de la culture

On peut discuter de l’impact du “meat ban” de Wework, imposé fièrement par Miguel McKelvey et certainement montrer que ça a allégé  l’impact environnemental, ou au moins eu le mérite d’ouvrir le débat , mais pas sûr que parmi les 6000 employés tout le monde ait réagi positivement...

L’approche proposée par des structures comme Makesense, Vizea ou le Lavoir est résolument plus humaine. C’est d’abord une culture du bien-être au travail, avec un lien à la nature, un jardin, de l’aquaponie, la mise en place de séances de shiatsu ou des étirements collectifs en début de journée.

Pour en arriver là, il faut avant tout commencer par créer les conditions d’un vivre ensemble au sein d’un espace qui est commun et partagé.

Cela passe par lancer des dîners entre résidents ou apprivoiser le poisson qui est dans la mare, des choses simples qui créent de l’attachement, un sentiment d’appartenance et contribuent à la culture des organisations.

Une culture propre aux personnes qui vivent dans cet espace, une culture qui infuse les lieux et l’entreprise.

L’exemplarité et le sens priment


Et l’écologie dans tout ça ? Elle vient directement des collaborateurs, face à  un système comme l’aquaponie, on trouve tout de suite beaucoup plus logique l’importance de faire un compost, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme non?

“Quand on en a vu débarquer des coworkers avec du MC do, on a essayé de mettre en avant des alternatives meilleures, rendre plus désirable les plats partagés souvent préparés ensemble” Jeremy de MakeSense

Evidemment je ne suis pas en train de dire “ne faites rien et laissez les collaborateurs tout faire par eux mêmes”, je pense plutôt qu’une bonne question à se poser en tant que responsable d’espace serait “Comment je peux aider les personnes travaillant dans mon espace à créer des comportements plus vertueux pour l’environnement”

La sensibilisation à travers des dispositifs ludiques est un levier intéressant, comme avec la fresque du climat, un jeu collaboratif qui permet de comprendre clairement les tenants et les aboutissants du réchauffement climatique. On peut aussi proposer des dispositifs simples pour réduire les déchets ou l'énergie consommée.

Je vous invite d’ailleurs à consulter ce petit document, beaucoup d’idées ont émergé lors d’ateliers pendant cette soirée

Une relation Territoire & Espace de travail à réinventer

Une question qu’on a voulu poser c’est le lien entre le territoire et lieu de travail. Force est de constater que bons nombres de lieux de travail fonctionnent sans ouverture au quartier, à la ville qui les accueille. Nourrir les liens avec le territoire, en sélectionnant des prestataires de proximité, en favorisant l'emploi local de stagiaires par exemple a un impact économique positif sur le tissu local et de surcroît permet de réduire l'empreinte écologique du lieu (à travers la diminution des transports notamment).

Le Sensepace (locaux de MakeSense) est par exemple un lieu d’accueil permettant à des personnes dans le besoin de venir se réchauffer et prendre un café gratuitement. Les nouveaux locaux de Vizéa à Malakoff accueillent régulièrement des associations locales pour des réunions.

Créer ces liens favorisent les échanges à une échelle humaine et permettent l’émergence de synergies locales et c’est aussi le meilleur moyen pour porter son message et sa vision hors des murs..

Finalement, à chaque lieu son approche. Votre démarche est propre à votre communauté. En conclusion, être exemplaire et inviter ceux qui vous entourent à participer est le meilleur moyen pour commencer à entrer dans une démarche responsable vis à vis de l’environnement et finalement de soi même.

Enfin pour trouver pleins de bonnes idées pour faire de son lieu un moteur de la révolution énergétique, téléchargez ici notre liste de bonnes pratiques !

by 
Arthur Chammas
Magazine
Thank you! Your subscription has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form... You might already have signed up ?