Magazine
April 4, 2018

Ces jeunes talents qui partent en courant

Ces derniers, sans terrains d’action et d’expression suffisants, préfèrent de plus en plus souvent tenter leur chance ailleurs. Pourtant, eux seuls peuvent tirer les entreprises de leur torpeur et les accompagner dans un monde en transition qu’elles ne comprennent plus (ou moins). En 2002, le réalisateur Cédric Klapisch marquait une génération entière avec la dernière scène de L’Auberge Espagnole : Xavier (Romain Duris) fuit en courant le Ministère des finances où il doit commencer son job, ivre de liberté. Cette génération a aujourd’hui entre 25 et 35 ans, et à force de les voir envahir les événements où l’on parle d'entrepreneuriat, d’innovation, d’économie collaborative ou d’impact social, il faut se rendre à l’évidence : faire son job out est bel et bien devenu un phénomène de société. De plus en plus de jeunes actifs quittent leur emploi, alors qu’ils ont techniquement tout pour y être heureux. Un CDI, un salaire confortable, des jours de RTT, des tickets resto, et parfois même un abonnement dans une salle de gym. Dans un pays qui flirte avec les 25 % de chômage chez les jeunes, quitter son job, c’est se faire hara-kiri (professionnellement) ! Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Un pont entre deux mondes

Eux vous diront qu’il faut surtout être cinglé pour prendre chaque jour le métro à l’heure de pointe, à Paris, Londres ou New York. Qu’une ville congestionnée les étouffe, que la vie est trop courte pour se complaire dans la médiocrité. Ils vous diront qu’ils se sentent dépossédés de leur pouvoir d’action et de décision dans un environnement professionnel et politique où quelques figures indéboulonnables décident d’à peu près tout. Ils vous diront surtout qu’ils se sont épuisés à essayer de lancer des projets ambitieux sans avoir rencontré ni soutien ni reconnaissance dans leur entreprise. Car eux lisent des blogs, des magazines, vont sur Twitter et sur Facebook, s’imprègnent des tendances et voient émerger des projets. Ils savent ce qui se passe ailleurs, ils voient les signaux faibles qui émettent parfois tout près de chez eux. Ils sentent que tout va très vite. Eux veulent construire le monde de demain, plutôt que de regarder celui d’hier se défaire. Ils ont fait de leur rêves leurs ambitions, ils voient dans les défis qui s’imposent à nous autant d’opportunités de les résoudre.

Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste

Ceux que je rencontre sont Français, Anglais, Allemands, Espagnols, Italiens, Américains, Polonais. Ils sont diplômés de grandes écoles ou de grandes universités. Génération Erasmus, ils parlent au moins trois langues, ont travaillé en conseil, en marketing ou en banque. Ils ont voyagé, vu le monde, ont des amis dans toutes les capitales d’Europe et se sentent enfermés comme des oiseaux en cage. Ils ne sont pas contre le business, ils ne sont pas non plus idéalistes. Ils sont pragmatiques et pleins de bon sens : ils ne veulent pas monter à bord du Titanic alors qu’ils savent déjà qu’il va couler. Eux préfèrent construire les canots de sauvetage. « Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste » me disaient l’un d’entre eux récemment. Je lui ai répondu qu’il devait surtout se considérer comme un ambassadeur. Les solutions de demain viendront de ce pont que nous construisons entre deux mondes. Elles se développeront au sein des entreprises lorsque les managers auront compris combien il est essentiel d’attirer et de conserver cette génération radicalement humaniste, obstinément optimiste, parfaitement compétente, et qui a bien moins peur du vide que de l’immobilité. 

Cette tribune a initialement été publiée en février 2014dans le numéro 9 du magazine Socialter partenaire du OuiShare fest.

Ces jeunes talents qui partent en courant

by 
Marc-Arthur Gauthey
Marc-Arthur Gauthey
Magazine
March 1, 2015
Share on

Par manque de vision, de flexibilité et de confiance en leurs collaborateurs, les organisations traditionnelles ne savent plus recruter ni retenir les profils qui pensent et agissent en dehors des cadres.

Ces derniers, sans terrains d’action et d’expression suffisants, préfèrent de plus en plus souvent tenter leur chance ailleurs. Pourtant, eux seuls peuvent tirer les entreprises de leur torpeur et les accompagner dans un monde en transition qu’elles ne comprennent plus (ou moins). En 2002, le réalisateur Cédric Klapisch marquait une génération entière avec la dernière scène de L’Auberge Espagnole : Xavier (Romain Duris) fuit en courant le Ministère des finances où il doit commencer son job, ivre de liberté. Cette génération a aujourd’hui entre 25 et 35 ans, et à force de les voir envahir les événements où l’on parle d'entrepreneuriat, d’innovation, d’économie collaborative ou d’impact social, il faut se rendre à l’évidence : faire son job out est bel et bien devenu un phénomène de société. De plus en plus de jeunes actifs quittent leur emploi, alors qu’ils ont techniquement tout pour y être heureux. Un CDI, un salaire confortable, des jours de RTT, des tickets resto, et parfois même un abonnement dans une salle de gym. Dans un pays qui flirte avec les 25 % de chômage chez les jeunes, quitter son job, c’est se faire hara-kiri (professionnellement) ! Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Un pont entre deux mondes

Eux vous diront qu’il faut surtout être cinglé pour prendre chaque jour le métro à l’heure de pointe, à Paris, Londres ou New York. Qu’une ville congestionnée les étouffe, que la vie est trop courte pour se complaire dans la médiocrité. Ils vous diront qu’ils se sentent dépossédés de leur pouvoir d’action et de décision dans un environnement professionnel et politique où quelques figures indéboulonnables décident d’à peu près tout. Ils vous diront surtout qu’ils se sont épuisés à essayer de lancer des projets ambitieux sans avoir rencontré ni soutien ni reconnaissance dans leur entreprise. Car eux lisent des blogs, des magazines, vont sur Twitter et sur Facebook, s’imprègnent des tendances et voient émerger des projets. Ils savent ce qui se passe ailleurs, ils voient les signaux faibles qui émettent parfois tout près de chez eux. Ils sentent que tout va très vite. Eux veulent construire le monde de demain, plutôt que de regarder celui d’hier se défaire. Ils ont fait de leur rêves leurs ambitions, ils voient dans les défis qui s’imposent à nous autant d’opportunités de les résoudre.

Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste

Ceux que je rencontre sont Français, Anglais, Allemands, Espagnols, Italiens, Américains, Polonais. Ils sont diplômés de grandes écoles ou de grandes universités. Génération Erasmus, ils parlent au moins trois langues, ont travaillé en conseil, en marketing ou en banque. Ils ont voyagé, vu le monde, ont des amis dans toutes les capitales d’Europe et se sentent enfermés comme des oiseaux en cage. Ils ne sont pas contre le business, ils ne sont pas non plus idéalistes. Ils sont pragmatiques et pleins de bon sens : ils ne veulent pas monter à bord du Titanic alors qu’ils savent déjà qu’il va couler. Eux préfèrent construire les canots de sauvetage. « Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste » me disaient l’un d’entre eux récemment. Je lui ai répondu qu’il devait surtout se considérer comme un ambassadeur. Les solutions de demain viendront de ce pont que nous construisons entre deux mondes. Elles se développeront au sein des entreprises lorsque les managers auront compris combien il est essentiel d’attirer et de conserver cette génération radicalement humaniste, obstinément optimiste, parfaitement compétente, et qui a bien moins peur du vide que de l’immobilité. 

Cette tribune a initialement été publiée en février 2014dans le numéro 9 du magazine Socialter partenaire du OuiShare fest.

by 
Marc-Arthur Gauthey
Marc-Arthur Gauthey
Magazine
March 1, 2015

Ces jeunes talents qui partent en courant

by Fernanda Marin
Marc-Arthur Gauthey
Marc-Arthur Gauthey
Magazine
February 18, 2015
Share on

Par manque de vision, de flexibilité et de confiance en leurs collaborateurs, les organisations traditionnelles ne savent plus recruter ni retenir les profils qui pensent et agissent en dehors des cadres.

Ces derniers, sans terrains d’action et d’expression suffisants, préfèrent de plus en plus souvent tenter leur chance ailleurs. Pourtant, eux seuls peuvent tirer les entreprises de leur torpeur et les accompagner dans un monde en transition qu’elles ne comprennent plus (ou moins). En 2002, le réalisateur Cédric Klapisch marquait une génération entière avec la dernière scène de L’Auberge Espagnole : Xavier (Romain Duris) fuit en courant le Ministère des finances où il doit commencer son job, ivre de liberté. Cette génération a aujourd’hui entre 25 et 35 ans, et à force de les voir envahir les événements où l’on parle d'entrepreneuriat, d’innovation, d’économie collaborative ou d’impact social, il faut se rendre à l’évidence : faire son job out est bel et bien devenu un phénomène de société. De plus en plus de jeunes actifs quittent leur emploi, alors qu’ils ont techniquement tout pour y être heureux. Un CDI, un salaire confortable, des jours de RTT, des tickets resto, et parfois même un abonnement dans une salle de gym. Dans un pays qui flirte avec les 25 % de chômage chez les jeunes, quitter son job, c’est se faire hara-kiri (professionnellement) ! Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Alors faut-il vraiment être cinglé ou naïf pour plonger dans le grand bain du non-emploi ?

Un pont entre deux mondes

Eux vous diront qu’il faut surtout être cinglé pour prendre chaque jour le métro à l’heure de pointe, à Paris, Londres ou New York. Qu’une ville congestionnée les étouffe, que la vie est trop courte pour se complaire dans la médiocrité. Ils vous diront qu’ils se sentent dépossédés de leur pouvoir d’action et de décision dans un environnement professionnel et politique où quelques figures indéboulonnables décident d’à peu près tout. Ils vous diront surtout qu’ils se sont épuisés à essayer de lancer des projets ambitieux sans avoir rencontré ni soutien ni reconnaissance dans leur entreprise. Car eux lisent des blogs, des magazines, vont sur Twitter et sur Facebook, s’imprègnent des tendances et voient émerger des projets. Ils savent ce qui se passe ailleurs, ils voient les signaux faibles qui émettent parfois tout près de chez eux. Ils sentent que tout va très vite. Eux veulent construire le monde de demain, plutôt que de regarder celui d’hier se défaire. Ils ont fait de leur rêves leurs ambitions, ils voient dans les défis qui s’imposent à nous autant d’opportunités de les résoudre.

Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste

Ceux que je rencontre sont Français, Anglais, Allemands, Espagnols, Italiens, Américains, Polonais. Ils sont diplômés de grandes écoles ou de grandes universités. Génération Erasmus, ils parlent au moins trois langues, ont travaillé en conseil, en marketing ou en banque. Ils ont voyagé, vu le monde, ont des amis dans toutes les capitales d’Europe et se sentent enfermés comme des oiseaux en cage. Ils ne sont pas contre le business, ils ne sont pas non plus idéalistes. Ils sont pragmatiques et pleins de bon sens : ils ne veulent pas monter à bord du Titanic alors qu’ils savent déjà qu’il va couler. Eux préfèrent construire les canots de sauvetage. « Les activistes me prennent pour un business man, et les business men pour un activiste » me disaient l’un d’entre eux récemment. Je lui ai répondu qu’il devait surtout se considérer comme un ambassadeur. Les solutions de demain viendront de ce pont que nous construisons entre deux mondes. Elles se développeront au sein des entreprises lorsque les managers auront compris combien il est essentiel d’attirer et de conserver cette génération radicalement humaniste, obstinément optimiste, parfaitement compétente, et qui a bien moins peur du vide que de l’immobilité. 

Cette tribune a initialement été publiée en février 2014dans le numéro 9 du magazine Socialter partenaire du OuiShare fest.

by 
Marc-Arthur Gauthey
Marc-Arthur Gauthey
Magazine
February 18, 2015
Thank you! Your subscription has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form... You might already have signed up ?